Claude Bourdet (1909-1996)

defaultArrive à Buchenwald le 6 février 1945, matricule 12580.
Né à Paris, Claude Bourdet est ingénieur en physique technique de l’École polytechnique fédérale de Zurich. Mobilisé en 1939 à l’état major de l’Artillerie divisionnaire, il passe l’hiver 1939-1940 dans le Jura, prés de la frontière suisse. Démobilisé en août 1940, il retrouve sa famille dans les Alpes-Maritimes, où il monte une huilerie-savonnerie. Contacté une première fois en septembre 1940 par le capitaine Vincent (Jourdan) du Service de Renseignement interallié polonais (réseau F2), puis en novembre 1940 par Henri Frenay, il participe au développement du journal Les Petites Ailes puis de Vérités. Recherché par la police de Vichy, il entre dans la clandestinité au cours de l’été 1942 et gagne Lyon, où il restera jusqu’à l’été 1943. Il fonde, avec Henri Frenay et Maurice Chevance (qui deviendra le général Bertin), le Mouvement de Libération nationale, futur mouvement Combat, dont il sera membre du comité directeur, puis son représentant en 1 au Conseil national de la Résistance. Fin 1942, Claude Bourdet, avec l’accord de Jean Moulin, crée et développe le service du Noyautage des administrations publiques (NAP et Super-NAP), dont il devient le responsable national. En 1944, il est arrêté par la Gestapo, emprisonné à Fresnes, puis à Compiègne, et de la déporté dans les camps de Neuengamme, Sachsenhausen et Buchenwald. Il rentre en France le 18 avril 1945 et est lieutenant-colonel des Forces françaises combattantes et chef d’escadron de réserve. Vice-président de l’Assemblée consultative provisoire, Claude Bourdet fut directeur général de la Radiodiffusion française puis directeur de divers journaux, dont Le Nouvel Observateur, en 1964. C’est en 1975 qu’il publie ses souvenirs : « l’Aventure incertaine ». En 1961, Claude Bourdet met en cause le préfet de police Maurice Papon à propos des exactions et crimes commis à Paris, le 17 octobre 1961, par la police contre les manifestants algériens du FLN. Il meurt le 20 mars 1996.

Extrait de BUCHENWALD PAR SES TEMOINS, Histoire et dictionnaire du camp de concentration de Buchenwald-Dora et de ses kommandos (1937-1945), éditions Belin, 2014

buchenwald

Auteurs : Dominique Orlowski (dir), membre de l’Association Buchenwald-Dora et Kommandos, Michelle Abraham, Hélène Houssemaine-Florent, Jeanne Ozbolt et Dominique Durand, filles et fils de déporté français ainsi que Franka Gunther, petite-fille de déporté allemand. Préface de Bertrand Herz, ancien déporté, président du Comité International Buchenwald-Dora et Kommandos.

COMMANDEZ L’OUVRAGE

SITE DES ÉDITIONS BELIN