Claudine Comiti

Ce fut, aux côtés de Jean-Paul, son époux, une grande dame.
Nous avons fait connaissance vers les dernières années de 1960. Jean-Paul avait dû quitter sa région niçoise pour son état de santé. Ils vinrent s’installer à Verrières-le Buisson, dans l’ex-Seine-et-Oise.
Le contact fut rapidement établi, l’activité également au sein de l’Association, de la Fndirp. Jusqu’à la création de ces départements, l’Essonne pour nous, Jean-Paul devenant président de l’association de ce département. Prenant une grande part à la vie de l’Association des anciens de Buchenwald.
Jean-Paul nous a quittés au début de l’an  »70 ». Il était alors secrétaire général de l’Association.
A sa disparition, il retrouva son sol natal à Serra di Scopamene, au coeur de cette Corse un peu sauvage, mais si belle ; notre camarade Roger Arnould lui rendant le dernier hommage de l’Association.
Claudine, médecin-anesthésiste, fut de la première équipe de docteurs du bloc opératoire de la clinique  »Frédéric-Henri Manhès », à Fleury-Mérogis. Quant ce bloc fut arrêté, elle participa aux activités de la proche clinique de Brétigny-sur-Orge, où alors étaient soignés, en chirurgie, les anciens déportés.
Claudine se retirera dans la maison natale de Jean-Paul. Aujourd’hui, elle repose près de lui, dans ce petit cimetière, à l’ombre de cet  »Arbousier » que souhaitait Jean-Paul.
A tous deux, bon repos, à leurs enfants, leurs familles un immense merci pour tout ce qu’ils ont assuré à la vie des déportés, à ceux de Buchenwald.

Floréal Barrier

Le Serment N°345 – septembre octobre 2012