Danuta Brzosko-Medryk (1921-2015)

Née à Pultusk (Pologne) le 4 août 1921, elle fut membre dans son enfance d’une troupe scout, et déjà passionnée de théâtre. L’occupant allemand lui interdit ensuite d’assister aux cours du lycée de Varsovie, qu’elle suivit néanmoins clandestinement.
Arrêtée pour cette raison en juillet 1940, l’année de son baccalauréat, elle fut internée dans une prison de Varsovie, avec d’autres opposants, libérée, puis arrêtée de nouveau en août 1942. Elle fut ensuite déportée le 18 janvier 1944 au camp d’extermination de Maïdanek ; elle y organisa avec d’autres camarades des activités théâtrales illégales, « Radio Majdanek ».
Transférée en avril 1944 à Ravensbrück, elle fut affectée finalement au kommando Hasag de Leipzig, dépendant de Buchenwald, où elle travailla dans la fabrication d’armements (cf. l’exposition « Les femmes oubliées ») ; elle fut libérée le 26 avril 1945 par les Canadiens.
Après la guerre, elle suivit des études de médecine, devint dentiste, se maria, et en même temps réalisa son rêve de jeunesse en écrivant des romans, largement inspirés de ses souvenirs personnels et des souffrances des femmes et enfants pendant la guerre, ainsi que des scénarios.
Active depuis 1970 dans le mouvement de la paix, elle a été récompensée en 1989 par le Prix de la paix d’Aix-la-Chapelle ; elle a également été membre de la Commission centrale de recherche des crimes nazis en Pologne.
Elle a été de 1996 à 2001 la représentante des femmes détenues à Buchenwald au Comité international, et de 1998 à 2003 membre du Conseil (Beirat) des anciens détenus, au sein de la Fondation des Mémoriaux.
Malgré l’âge et la maladie, elle continuait à s’intéresser à l’activité du CIBD. Elle était aussi une grande amie de notre pays, dont elle parlait très bien la langue ; nous avons échangé des correspondances encore récemment.
C’est une grande dame qui disparaît.
Bertrand Herz, d’après les informations du site de la Fondation des Mémoriaux

Source : Serment N°359