Georges Soubirous (1922-2016)

Notre ami Georges Soubirous est mort (voir Serment N°362). Né à Lourdes le 22 mai 1922 dans une famille catholique, il est surveillant au lycée Théophile Gautier de Tarbes au moment de la guerre.
Après l’invasion de la zone libre par les Allemands en 1942, il essaie de rejoindre les troupes françaises d’Afrique du Nord par l’Espagne avec quatre camarades. Arrêté en juin 1943 par la Gestapo à Barcus (Basses Pyrénées), il est transféré à la caserne Boudet à Bordeaux, puis au camp de Compiègne – Royallieu avant d’être déporté par le convoi des «21 000» vers Buchenwald puis vers le camp de Dora. Il y restera d’octobre 1943 à avril 1945 et travaillera dans le tunnel de la mort à la fabrication des armes secrètes. Chirurgien-dentiste à Pauillac en Gironde puis à Paris, il a tenu sa place au sein de notre association et, à la fin des années 1990, témoigné sur l’univers concentrationnaire devant les jeunes générations de lycéens, en France, mais aussi en Allemagne. Georges a remis en 2009 ses archives à la Bibliothèque internationale de documentation contemporaine, la BDIC : archives orales enregistrées, mais aussi de nombreux documents, et les lettres qu’il avait échangées avec  des associations de déportés, dont la notre. Ses archives portent également sur le procès des nazis de Dora à Essen, en 1968-1969 et sur la récupération par les Alliés de savants allemands ayant travaillé à Dora à la mise au point puis la production des V1 et V2. Le plus connu est Wernher von Braun qui devint l’un des responsables de la NASA américaine.

Source : Serment 363