La grange de Gardelegen

25 Octobre 2012 : Le cimetière de Gardelegen a été profané !

Dix-huit tombes au total ont été profanées dans la nuit du 25 octobre 2012 au cimetière-mémorial de Gardelegen, là où reposent les restes des dépouilles de 1016 détenus du camp de Dora-Mittelbau, brûlés vifs et achevés à la mitrailleuse par les SS dans la grange de Isenschnibbe, près de Gardelegen, le 13 avril 1945. Des plaques mémorielles en métal identifiant les suppliciés ont été arrachées et éparpillées, de même que certaines croix, qui portaient une étoile de David ont été renversées.
Aucune trace permettant d’identifier les auteurs de ce crime n’a été jusqu’à ce jour retrouvée. Les commissariats de police de Salzwedel et de Gardelegen ont lancé un appel pour que quiconque aurait aperçu cette nuit-là un indice susceptible de faire avancer l’enquête se manifeste, afin de punir ceux qui visent à assassiner une seconde fois ces victimes de la barbarie nazie.
Le 14 avril 1945, les troupes américaines conduites par la 102e Division d’Infanterie sous la direction du Général Keating avaient sommé la population de Gardelegen  de défiler devant la grange des suppliciés, pour constater l’horreur et l’inhumanité du régime nazi, ordonnant que chaque femme apporte un drap pour servir de linceul aux victimes, et aux hommes une croix.
Placé d’abord sous le statut de cimetière militaire, la grange de Gardelegen devint ensuite un mémorial chargé de perpétuer pour l’éternité le souvenir des victimes.
L’association française Buchenwald-Dora et Kommandos ainsi que le Comité international Buchenwald-Dora ont signé un communiqué manifestant leur indignation contre la profanation du cimetière. Ils ont également témoigné leur soutien aux responsables des mémoriaux et aux autorités de la Ville de Gardelegen.

Agnès TRIEBEL

Texte paru dans Le Serment N°345