Le kommando de BOCHUM

Localisation : Près d’Essen (Carte générale)

Ouverture : Du 26/06 au 21/08/1944

Évacuation : Le 21/03/1945 vers Buchenwald

Effectifs : Pus d’un millier de prisonniers

Activités : Firmes Bochumer Verein, Eisen und Hütten werke, fonderie, mines de fer

Il y aurait eu 2 kommandos à Bochum. Dans le premier, les prisonniers travaillaient aux Fonderies de Bochum, dans le second aux Mines de fer de Bochum.

Voici le témoignage d’un déporté à Bochum:

Le camp est situé, approximativement, à la limite sud-est de la ville de Bochum, sur un nœud de voies ferrées où passent de nombreux trains. Le repos est donc très difficile. Plus d’un millier de prisonniers, dont quelques Français, y sont rassemblés. Il est dirigé par un SS, nommé Napoléon, venant du front de l’Est. Ne souhaitant pas y retourner, il impose une discipline terrible.

Certains prisonniers travaillent, en 2 équipes de 12 heures chacune, dans une usine d’aviation. Le kapo Alfred, à la face rougeaude et aux yeux porcins, est alcoolique et désaxé sexuel. La nourriture est infecte. La nuit, d’intenses bombardements se font entendre sur les villes industrielles proches.

(in Le Livre Mémorial de l’Association Française Buchenwald Dora et Kommando)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s