Le kommando de DESSAU

Remarque préliminaire : il y eut deux kommandos à Dessau.

Localisation : A 70 km au nord/ouest de LEIPZIG (Carte N°4)

Ouverture du Kommando de Dessau 1: 25 juillet 1944

Fermeture : Novembre 1944

Effectifs : 50 hommes

Activités : Travail au sein des usines d’avions Junker und Motorwerke AG, et de l’usine Flugzeug Strammwerg Dessau. Ouverture du Kommando de Desau II : 26 octobre 1944 Évacuation : 11 avril 1945

Activités : Travail au sein de l’usine de wagons DWF (Dessauer Wagon Fabrik)

Le kommando qui travaillait chez JUNKERS fonctionna du 23 juillet jusqu’au mois de novembre 1944.

Le cas de la société DWF est un exemple de résistance et de solidarité entre les déportés et les contremaîtres allemands de l’usine. En effet, seuls pouvaient parler aux déportés qui venaient du camp de Buchenwald les «chefs de rang» et surveillants de l’usine DWF. Quoique les patrouilles SS aient toujours rendu toute tentative de communication périlleuse, il n’en reste pas moins que les contacts étaient établis entre les chefs de rangs et les déportés. Dès qu’un SS pointait le bout de ses bottes, un signal de complicité avertissait les chefs de rang et les déportés au travail que le silence devait se faire. Néanmoins un des SS se rendit compte du petit manège et menaça le chef de rang de l’envoyer à Buchenwald s’il continuait à faire son travail de cette manière. Ce dernier alla immédiatement trouver son supérieur pour lui demander sa mutation, arguant du fait qu’il lui était impossible de réaliser les objectifs fixés, si l’on faisait travailler les déportés dans d’impossibles conditions. La direction sembla sensible à l’argument économique et relâcha la pression, rendant ainsi le travail dans le kommando DWF plus supportable.

Dans la nuit du 7 au 8 mars, la ville de Dessau fut lourdement bombardée et quasiment détruite, à l’exception des baraquements des déportés du kommando DWF. Leur nouveau travail fut donc de déblayer la ville de ses décombres. Le travail en usine ne put jamais

reprendre. La ville de Dessau et donc ses kommandos furent libérés par les Américains entre le 20 et le 22 avril 1945.

7 Français de Buchenwald moururent à Dessau et furent enterrés au cimetière m de la ville de Dessau, avant d’être exhumés et transférés dans leur pays. Les documents d’archive ne nous disent pas s’ils sont décédés au cours ou suite aux bombardements ou avant.

(in Le Livre Mémorial de l’Association Française Buchenwald Dora et Kommando)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s