Le kommando de NEUSTADT

Localisation : A 100 km au sud de Buchenwald ; à 30 km au Nord-Est de Coburg. (Carte N°12)

Date d’ouverture : Le 12 septembre 1944 Évacuation : Le 6 avril 1945

Effectifs : 400 femmes polonaises et russes, d’origine juive Activités : Usine de câbles et de canalisations de SIEMENS « Kabel und Leitungswerke AG »

Bien que la ville de Neustadt ait abrité un kommando de femmes de Buchenwald, il semble pourtant, d’après les témoignages recueillis, que le kommando de femmes de NEUSTADT travaillant pour SIEMENS fut moins pénible que d’autres. Les gardiennes, trois au total et toutes originaires de la ville de Neustadt, ne portaient ni revolver, ni cravache à la ceinture, et prirent souvent le risque d’apporter quelques vivres de l’extérieur à ces ouvrières déportées pour améliorer leur maigre ration alimentaire. Les femmes, 403 au total, arrivèrent, envoyées par le camp de Buchenwald, le 12 septembre 1944 à Neustadt. Toutes étaient juives, originaires de Russie ou de Pologne. Elles furent hébergées dans des baraques qui se trouvaient sur le terrain même de l’usine SIEMENS, et bien que celles-ci fussent séparées de l’usine par une haute barrière de barbelés, il ne fut jamais question dans le kommando de Neustadt de mauvais traitements. Arrivées tondues aux usines Siemens, les prisonnières eurent le droit de laisser repousser leurs cheveux, et toutes furent d’accord pour dire que Neustadt représenta pour elles la survie, compte tenu de ce que leur aurait réservé le destin dans l’enceinte même d’un camp de concentration ou d’un autre kommando. Le travail n’en demeurait pas moins très dur : fabriquer, douze heures par jour, des câbles et des tuyaux de canalisations, donc manipuler de lourdes machines à courroie. Une autre tâche consistait également à retourner la terre et entretenir les jardinets que l’usine avaient donnés à ses ouvriers. Étroitement surveillées par les propriétaires de ces lopins de terre qui ne manièrent jamais une pelle, elles n’eurent jamais droit au plus petit morceau de légume cultivé… Le 6 avril 1945, elles quittèrent à pied la ville de Neustadt direction la Tchéchoslovaquie, où elles furent libérées par les blindés américains.

(in Le Livre Mémorial de l’Association Française Buchenwald Dora et Kommandos)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s