Témoignage de Raymond HUARD (Vidéos)

Ma déportation

Raymond Huard né le 10-10-1921 à Larchant (77) – matricule 21472
Fils d’une famille nombreuse de la classe ouvrière, Raymond Huard raconte comment et pourquoi il s’est engagé très jeune dans la résistance, par l’intermédiaire d’un « copain de foot »
Arrêté en avril 1943 par la GESTAPO, il est passé à tabac, mais ne livre aucun des noms de ses camarades de la Résistance. Emprisonné à Fresnes, il est soumis au « secret » et doit tenir cinq mois et demi sans visite ni colis.
Passé par Compiègne, il est ensuite déporté à Buchenwald et raconte les atrocités du voyage en train. Au camp, il tombe malade, souffre du froid et endure des conditions de vie inhumaines au sein des kommandos. Il se trouve à Salzbourg, dans un Kommando chargé de réparer les voies ferrées lorsqu’il est libéré par l’armée américaine.
Il raconte ensuite son retour à Paris, son passage à l’Hôtel Lutetia et l’accueil que lui réserva sa famille. En guise de conclusion, il évoque les témoignages qu’il s’évertue à effectuer devant les jeunes générations, persuadé qu’il reste encore « beaucoup de travail à faire ».

 

Témoignage enregistré le 10 02 2009 au domicile de M. Huard de

Avec l’autorisation de l’ADIRP DE PARIS