Dessins de Boris Taslitzky (1911-2005)

Boris Taslitzky arrive à Buchenwald le 6 août 1944, matricule 69022. Il est né à Paris de parents émigrés de Russie après la révolution de 1905. Son père, ingénieur, engagé volontaire, tombe sur le front de la Première Guerre mondiale. Pupille de la Nation, Boris est élevé par sa mère. Il commence à peindre à l’âge de 15 ans et entre à l’École nationale des beaux-arts en 1928. Il adhère à l’Association des Artistes et Écrivains révolutionnaires (AEER) en 1933, puis au Parti communiste en 1935. Il est mobilisé à Meaux en 1939, et fait prisonnier en 1940. Il s’évade et rejoint la Résistance dans le mouvement Front national de lutte pour la libération et l’indépendance de la France. En octobre 1941, au lendemain de l’assassinat de 27 otages communistes dans la carrière de Châteaubriant (Loire Atlantique), et bien que n’ayant pas assisté aux fusillades, Boris réalise un tableau représentant Jean-Pierre Timbaud, l’un des fusillés, debout, les vêtements en loques et les mains liées dans le dos. En novembre 1941, il est arrêté et condamné à deux ans de prison pour avoir fait « des dessins destinés à la propagande communiste ». Il est incarcéré dans la prison de Riom et interné au camp de Saint-Sulpice-la-Pointe, où il peint les baraques des prisonniers. L’archevêque de Toulouse ayant fourni la peinture, il décore la chapelle du camp. Il fait du Christ le symbole de l’homme résistant pour la liberté de la France, bafoué
pour ses idées, solidaire des souffrances du peuple. En août, il est transféré au camp de Buchenwald, et sa première réaction est la suivante : « Il faut que je dessine cela. » Avec l’aide de la Résistance clandestine, il réalise cent onze dessins qui témoignent de la vie dans
le camp et qui seront édités par Aragon des 1946. « Si je vais en enfer, j’y ferai des croquis. D’ailleurs, j’ai l’expérience, j’y suis déjà allé et je l’ai dessiné », dira-t-il plus tard. après la guerre, il expose ses œuvres inspirées par la Résistance et la Déportation et reçoit, en 1946, le prix Blumenthal de la peinture. Il devient secrétaire général de l’Union des arts plastiques, est un fervent défenseur du réalisme soviétique et dénonce le colonialisme.
Entre 1971 et 1980, il est enseignant à l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Il continue à peindre et à dessiner jusqu’à la fin de sa vie, témoin de son temps, avec des portraits, des paysages, des natures mortes, mais aussi des scènes historiques et des scènes de la vie quotidienne. Une plaque commémorative a été apposée à l’occasion du centenaire de sa naissance sur la façade de l’immeuble dans lequel il a habité, au 5, rue Racine, dans le 6e arrondissement de Paris.

Extrait de Buchenwald par ses témoins, Éditions Belin, 2004

111dessins 1 111dessins-2 111dessins-3 111dessins-4 111dessins-5 111dessins-6 111dessins-7 111dessins-8 111dessins-9 111dessins-10 111dessins-12 111dessins-13 111dessins-14 111dessins-15 111dessins-16 111dessins-17 111dessins-18 111dessins-19 111dessins-20 111dessins-21 111dessins-22 111dessins-23 111dessins-24 111dessins-25 111dessins-26 111dessins-27 111dessins-28 111dessins-29 111dessins-30 111dessins-31 111dessins-32 111dessins-33 111dessins-34 111dessins-35 111dessins-36 111dessins-37 111dessins-38 111dessins-39 111dessins-40 111dessins-41 111dessins-42 111dessins-43 111dessins-44 111dessins-45 111dessins-46 111dessins-47 111dessins-48 111dessins-49 111dessins-50 111dessins


Ce diaporama nécessite JavaScript.

2 commentaires sur “Dessins de Boris Taslitzky (1911-2005)

  1. Je suis toujours à la recherche de celui où Boris a dessiné mon grand-père Maurice Halbwachs couvert de papier à cigarette en guise de pansements à ses furoncles… où le trouver?

    J'aime

    • Chère Madame,
      Je suis heureux que vous consultiez le site de notre association. Deux dessins de Boris Taslitzky concerne votre grand père et sont visibles sur le site dessins de guerre,buchenwald 4. Je pense que c’est l’un d’entre eux que vous recherchez. La fille de Boris, Evelyne, a déposé la plupart de ces dessins au Musée de la Résistance nationale de Champigny. Si vous souhaitez entrer en contact avec l’une et l’autre, faites m’en part. Envoyez un mail à l’association: contact@buchenwald-dora.fr
      Nous nous sommes rencontrés à Weimar il y a cinq ans, et vous étiez très en colère contre J Semprun.
      Bien cordialement
      Dominique Durand, Président de l’Association

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s