Dessins de Thomas Geve

L’AUTOBIOGRAPHIE DE THOMAS GEVE

survivant-d-auschwitz---j-ai-eu-13-ans-en-camp-de-concentration-582922La biographie de Thomas Geve, Survivant d’Auschwitz, vient de paraître aux Editions Jean-Claude Gawsewitch, dans une traduction de notre amie Agnès Triebel, qui avait déjà présenté les dessins de Thomas Geve sous le titre Il n’y a pas d’enfants ici et adapté l’exposition de ces dessins pour le public.
On se souvient que cet adolescent juif allemand, né en 1929, fils d’un chirurgien privé de son emploi par l’arrivée d’Hitler au pouvoir et les premières mesures antisémites, ne put s’exiler en Grande-Bretagne et, vécu quasiment clandestinement à Berlin jusqu’à sa déportation vers Birkenau en juin 1943, son transfert vers Gross Rosen puis Buchenwald en janvier 1945, sa libération le 11 avril, là où il coucha sur le papier, avec méticulosité, ce qu’il avait connu des camps.
Ses Mémoires, écrits plus tardivement, – car, jusqu’alors, si Geve avait pu «dire» en dessins son internement, les mots ne sortaient pas – sont tout aussi précis et passionnants. Sa survie de juif pourchassé à Berlin, sa restitution de l’univers concentrationnaire, les portraits des adolescents, notamment des jeunes tsiganes qui partagent son bloc, celui de l’école de la maçonnerie, ceux des adultes qui les aident à survivre, voire de certains gardiens SS, vont à l’essentiel et sont rarement à charge. Les moments de souffrance intense, comme la dernière rencontre avec sa mère, déportée elle aussi, ou le rituel des sélections, sont abordés comme autant de raison de survivre. Pour Geve, né avec le nazisme, Auschwitz puis Gross-Rosen et Buchenwald seront des écoles de vie, des lieux pour apprendre à s’imposer, apprendre à composer, faire avec ses joies et ses peines.
Dans un récit où l’optimisme est constant, les moments de désespoir sont également envisagés sous leur angle favorable. «L’espoir m’abandonnait, écrit par exemple Geve, j’étais de plus en plus émacié, la libération n’était plus qu’un rêve lointain. Par désespoir je commençai à m’intéresser de près à quelques rares tentatives d’évasion…». Birkenau est un monde que va découvrir peu à peu le jeune détenu : du bordel à la cave du mess des officiers, du cinéma au Revier, un monde qu’il va apprivoiser, auquel il va s’habituer : « Je n’avais plus peur, écrit-il, de cet univers alentour. L’avenir était devant moi et j’y lisais à livre ouvert – un livre qui attendait que la jeunesse en déchirât les pages sombres, les reliât dans l’inaltérable édition du progrès, de l’égalité et la fraternité ; un livre, qui ferait apparaître sur la tranche, en lettres d’or, un mot ineffaçable : justice ».
Puis c’est le transfert vers Buchenwald début 1945. Il faut ici laisser parler Thomas Geve : « Un Schreiber en tenue rayée me poussa le questionnaire sur la table. « Remplis toi-même ». (…) La plupart des jeunes se déclaraient plus âgés qu’ils ne l’étaient en réalité, de peur d’être classés parmi les « non-aptes au travail ». En ce qui me concernait, j’avais été élevé à dire la vérité et n’avais pas l’intention de tromper le destin. Âge : 15 ans – Métier : maçon – Date d’arrestation : 28 juin 1943. Le Schreiber , un détenu politique allemand, me prit le formulaire des mains et commença à le lire attentivement. « Alors ton père se bat auprès des Alliés? » – « Je l’espère », répondis-je fièrement. « Sache qu’ici, nous nous occuperons de vous », continua-t-il sur le ton d’un gérant d’hôtel, qui reçoit un client. « Nous sommes ici à Buchenwald et nous sommes tous des camarades, qui se soutiennent entre eux. Depuis que le camp existe, nous avons tout fait, nous les détenus politiques, pour obtenir de meilleures conditions de vie. Un de nos succès, par exemple, consiste en la création d’un Lagerschutz (Police du camp). Depuis, les gardiens SS sont remplacés par notre propre police, des gens en qui nous avons confiance. Cela n’a pas été facile à obtenir, mais maintenant, nous avons également besoin de vous, les nouveaux arrivants. J’espère que tu t’intégreras bien dans notre communauté ». Je lui répondis que j’étais Juif et que je n’avais donc aucune prérogative, mais il sembla ne pas faire attention à ce que je lui disais. «Ici, nous sommes tous égaux» poursuivit-il. « Tu crois vraiment que les quelques pauvres privilèges que nous avons, nous les Allemands, nous rendent plus heureux ? Ils ne nous attirent en général que des ennuis. Ne te fais pas de soucis à propos de la catégorie dans laquelle te mettent les SS, parce que notre volonté de travailler ensemble pour survivre, est plus forte que les Nazis ».
A cet accueil s’opposent les conditions de vie du bloc 62 dans lequel Geve est mis en quarantaine et où ses « camarades » sont « tout le contraire des Buchenwaldiens corrects dont lui a parlé le Schreiber ». Il sera ensuite mis au bloc 66, échappera de peu aux évacuations, entendra le 11 avril des « clameurs » s’élever du grand camp, « exquise minute de victoire que nos camarades allemands avaient espérée durant 4 453 jours et 4 453 nuits… »
Les dernières pages de souvenirs abordent un moment peu connu (par les rescapés Français) de Buchenwald car consacrées aux jours qui succèdent à la libération. Buchenwald semble devenir « le nombril du monde », puis, après le 1er mai, « un endroit joyeux » où les « fêtes d’adieu se succèdent ». On lira ces pages avec passion. Elles parlent du premier service religieux juif, des «descentes» à Weimar, des luttes politiques qui renaissent, de la manifestation du 1er mai et «des hauts gradés Américains, Russes, Français et Anglais « qui firent le salut militaire au petit garçon oublié ». Le 8 mai c’est la paix. Thomas Geve s’endort «en rêvant d’avenir ».

Thomas Geve, Survivant d’Auschwitz, Éditions Jean-Claude Gawsewitch, 320 p. 19,90 €

Paru dans Le Serment N°339


Les dessins de Thomas Geve

1. Les camps (copyright T. Geve et Yad Vashem)
2. Dernières couleurs de vie
2. Dernières couleurs de vie
3. Gris, tout est gris
3. Gris, tout est gris
4. Du civil au déporté
4. Du civil au déporté
6. Etat des lieux
6. Etat des lieux – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
5. Nouvelles identités - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
5. Nouvelles identités – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
7. L'abécédaire d'Auschwitz - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
7. L’abécédaire d’Auschwitz – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
8. La faim - 7 - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
8. La faim – 7 – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
9. Les rations - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
9. Les rations – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
10. L'ordre - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
10. L’ordre – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
11. Une journée de déporté - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
11. Une journée de déporté – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
12. Quel beau dimanche ! - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
12. Quel beau dimanche ! – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
13. L'appel - I - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
13. L’appel – I – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
15. Les sélections - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
15. Les sélections – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
16. Les quatre terreurs - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
16. Les quatre terreurs – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
14. L'appel - II - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
14. L’appel – II – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
17. Les maladies - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
17. Les maladies – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
18. Vermine et Cie - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
18. Vermine et Cie – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
19. Le travail - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
19. Le travail – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
20. Les femmes
20. Les femmes – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
21. Les témoins de Jéhovah
21. Les témoins de Jéhovah – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
22. La solidarité - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
22. La solidarité – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
23. L'évacuation d'Auschwitz - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
23. L’évacuation d’Auschwitz – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
24. Les marches de la mort - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
24. Les marches de la mort – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
25. Gross Rosen - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
25. Gross Rosen – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
26. Buchenwald
26. Buchenwald – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
27. La libération
27. La libération – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
28. Les Américains - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
28. Les Américains – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
29. La vie revient - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
29. La vie revient – (copyright T. Geve et Yad Vashem)
30. Appel des Nations - (copyright T. Geve et Yad Vashem)
30. Appel des Nations – (copyright T. Geve et Yad Vashem)