Benjamin Crémieux (1888-1944)

CremieuxArrive à Buchenwald le 29 janvier 1944, matricule 44160.
Benjamin Crémieux est né à Narbonne et issu d’une vieille famille juive originaire du Midi. Il publie en 1921 un roman autobiographique, « Le Premier de la classe », où il relate son enfance et son adolescence narbonnaises. Agrégé puis docteur es-lettres, il collabore dès 1920 à « La Nouvelle Revue française » (NRF), dans laquelle il défend les œuvres de Colette et de Proust. Directeur du bureau italien du ministère des Affaires étrangères, il est à l’origine de la publication des premières traductions de Pirandello et contribue à faire connaître en France Verga, Svevo et Moravia. Il entre dans la Résistance en 1941, à la suite de son fils, rejoint le mouvement Combat et organise à Marseille, sous le pseudonyme de « Lamy », un réseau de renseignement. Il publie le 1er mai 1942, avec René Milhaud, un manifeste contre la politique antijuive du gouvernement de Vichy. Arrêté en avril 1943, il est transféré à la prison de Fresnes, puis au camp de Royallieu, à Compiègne, avant d’être déporté par le convoi I. 173 du 27 janvier 1944 à Buchenwald, où il meurt d’épuisement le 14 avril 1944. En 1947, David Rousset consacre le huitième chapitre de son récit « L’Univers concentrationnaire » à Benjamin Crémieux sous le titre « J’étends mon lit dans les ténèbres ».

Extrait de BUCHENWALD PAR SES TEMOINS, Histoire et dictionnaire du camp de concentration de Buchenwald-Dora et de ses kommandos (1937-1945), éditions Belin, 2014

buchenwald

Auteurs : Dominique Orlowski (dir), membre de l’Association Buchenwald-Dora et Kommandos, Michelle Abraham, Hélène Houssemaine-Florent, Jeanne Ozbolt et Dominique Durand, filles et fils de déporté français ainsi que Franka Gunther, petite-fille de déporté allemand. Préface de Bertrand Herz, ancien déporté, président du Comité International Buchenwald-Dora et Kommandos.

COMMANDEZ L’OUVRAGE

SITE DES ÉDITIONS BELIN