Claude Vanbremeersch (1921-1981)

Né le 3 janvier 1921 à Paris, à 18 ans il est reçu major et plus jeune de sa promotion de Saint-Cyr, Amitié Franco-Britannique. A la déclaration de la guerre, il est affecté, comme lieutenant, au 13° B.C.A. (Bataillon de Chasseurs Alpins), puis au 2° B.C.P (Bataillon de Chasseurs à Pied). En novembre 1942, l’Armée d’armistice est dissoute, Il rejoint la Résistance, il est arrêté à Dax alors qu’il tentait de passer en Espagne. Il sera emprisonné à Bayonne, à Bordeaux puis Compiègne. Il est déporté à Buchenwald le 16 décembre 1943, il reçoit le matricule 38139.

En quarantaine au Petit camp, il contracte la scarlatine, ce qui lui évite un transport à Dora. A sa guérison il est transféré au Block 34 dans le Grand camp, et affecté à différends Kommandos intérieurs. Il a l’idée de regrouper dans son Block au sein du Flügel A, les jeunes Français afin de les aider à remonter la pente. Ainsi naquit le rituel « les tables des jeunes », une soixantaine de moins de 25 ans, où le jeune F.T.P. voisinait avec le maquisard où celui qui avait voulu rejoindre l’Armée d’Afrique. Cela a permis de mettre en commun le contenu des colis reçus lors d’un repas le dimanche après-midi seul moment de repos. Il a été ainsi recréé un esprit d’équipe essentiel pour aider dans les moments de détresse morale. La table des jeunes fut un succès, une famille a ainsi été reconstituée. Membre actif de la B.F.A.L., il prend la tête du Corps Franc de la Brigade, le 11 avril, il attaque le poste de garde SS et s’empare des armes, il participe aux opérations de nettoyage à l’extérieur du camp jusqu’aux abords de Weimar. Le camp libéré, il rejoint en qualité d’officier de liaison, le 12ème groupe d’armée américain avec lequel, il participe à la Libération de la Tchécoslovaquie.

Démobilisé en août 1945, il est affecté comme instructeur à l’école des cadres de Langenargen située près du lac de Constance dans le secteur français d’occupation. Fin 1947, il sert en tant qu’aide de camp du général De Lattre de Tassigny. Promu capitaine, il part pour un premier séjour en Indochine. De retour en métropole, il est affecté au Secrétariat de la défense nationale. En mai 1954, deuxième séjour en Indochine qu’il effectue en qualité de professeur à l’académie militaire cambodgienne. En 1955, retour en métropole, il intègre en 1957 l’École de guerre, et rejoint l’état-major du corps d’armée à Alger.

Il reçoit le commandement du 27° Bataillon de Chasseurs Alpins en Grande Kabylie. En août 1961, il est affecté à Coëtquidan, où il prend le commandement de la promotion Bir-Hakeim. Il est nommé général de brigade le 1er avril 1970 et prend le commandement de la 1er brigade motorisée à Saarbourg, puis en 1972 celui de la 3ème Division à Fribourg-en-Brigau. En 1979, il est nommé général d’armée et commande la 1er Armée à Strasbourg.

Claude Vanbremeersch est nommé en 1975 Chef d’état-major particulier du Président de la République, puis le 20 juillet 1980, Chef d’état-major des armées. Il décède le 10 février 1981.

Il était Grand-croix de la Légion d’honneur et titulaire de sept citations, dont deux à l’ordre de l’Armée.

« Dans ce bagne allemand, en dépit des conditions de vie, il s’est fait un travail positif et l’on peut, à juste titre, parler de notre Résistance à Buchenwald ». Claude Vanbremeersch.

Jean-Luc RUGA

Sources: A.F.B.D.K., Claude Vanbremeersch, éditions de l’école de guerre,

© Lt-Colonel (er) de Klebnikoff

 

Il y a 40 ans, 10 février 1981, s’éteignait le Général d’Armée Claude Vanbremeersch.

 

Homme d’honneur et d’action, chrétien exemplaire, admiré et respecté par tous ceux qu’il a su mener tout au long de sa vie dans les environnements les plus difficiles, le Général Claude Vanbremeersch a laissé un souvenir indélébile aux hommes et femmes qui ont eu la chance de le connaître ou l’honneur de l’avoir eu comme chef,.

Deux promotions de l’Ecole Militaire de Saint-Cyr , qu’il a formée, la ‘’ Bir-Hakeim’’ (1961-1963) et la ‘’Vanbremeersch’’ (2001-2004) qui a pris son nom, ont décidé qu’il convenait de célébrer avec éclat le 40ème anniversaire de sa disparition en donnant à cet évènement un caractère particulier.

 

C’est tout naturellement que l’Association Française Buchenwald, Dora et Kommandos a été invitée à se joindre à une cérémonie solennelle, organisée en la Cathédrale Saint-Louis des Invalides le samedi 6 février 2021, et présidée par l’Evêque aux Armées, Mgr Antoine Romanet, en présence de plusieurs personnalités militaires et civiles dont l’Amiral Philippe Rolland -chef de l’état-major particulier du Président de la République, le général de corps d’armée Christophe de Saint Chamas – gouverneur militaire des Invalides et le général d’armée Thierry Burkhard – chef d’état-major de l’Armée de Terre, le général de corps d’armée Gérard Longuet – ancien Ministre de la Défense 2011-2012 ), et monsieur Jean-Louis Bourlanges – député des Hauts de Seine.

 

Autour des quatre-vingts membres de la famille Vanbremeersch réunis pour cet évènement, se sont aussi rassemblées les délégations aux noms prestigieux :

  • L’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr Coëtquidan (1er Bataillon de France 1961-1963 )
  • Le 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins ( chef de corps en Kabylie 1959-1961 )
  • Le 35ème Régiment d’Infanterie ( chef de corps à Belfort 1966-1968 )
  • L’Amicale des Anciens du 27ème Bataillon de Chasseurs Alpins

L’Association française Buchenwald, Dora et Kommandos était présente, en la personne de son président Olivier Lalieu et de son porte-drapeau, Jean-Luc Ruga.

 

A la sortie de la messe solennelle, tous les participants se sont retrouvés dans la cour d‘honneur pour rendre ensemble un hommage particulier aux Morts pour la France, aux Morts de la promotion de ‘’l’Amitié Franco-Britannique’’ à laquelle appartenait le général Claude Vanbremeersch et au général lui-même. Moments d’émotion intense commencés par le Chant des Partisans, entonné par la Maîtrise des Hauts de Seine venue spécialement pour la famille Vanbremeersch, et conclus par une sonnerie ‘’aux Morts’’ toujours aussi émouvante.

                     Lieutenant-colonel Serge de Klebnikoff

 

© Lt-Colonel (er) de Klebnikoff

 

© Lt-Colonel (er) de Klebnikoff