Frédéric-Henri Manhès (1889-1959)

Henri ManhèsArrive à Buchenwald le 24 janvier 1944, matricule 42040.
Né le 9 juin 1889, Frédéric-Henri Manhès conquiert ses galons d’officier au Chemin des Dames et à Verdun. après la guerre, il travaille dans le cabinet du ministre Pierre Cot, dont le chef de cabinet n’est autre que Jean Moulin. Frédéric-Henri Manhès devient l’adjoint et l’ami de Jean Moulin. Des la premiere heure, ils entrent tous les deux dans la Résistance. Chargé par Jean Moulin de le représenter en zone Nord et d’organiser l’union des mouvements de résistance dans cette partie occupée de la France, Manhès prend donc contact avec la plupart de ces organisations. En décembre 1942, il s’envole pour Londres afin de présenter au général de Gaulle l’état de la Résistance en zone occupée.
A ce moment, il est parfaitement au courant de toutes les réalités de la Résistance française. Le 3 mars 1943, il est arrêté sans que les nazis connaissent ses fonctions exactes. après un an de prison, il est déporté à Buchenwald dans le convoi I.172 du 22 janvier 1944, où il n’a aucun mal à tisser des liens avec les dirigeants de divers mouvements de résistance. Lorsqu’arrive Marcel Paul, quelques mois plus tard, leur entente est totale. Ils créent ensemble, dans la clandestinité, le CIF et la Brigade française d’action libératrice, dont ils sont les chefs militaires. Frédéric-Henri Manhès organise des actions qui l’exposent quotidiennement à la pendaison et assume son engagement avec la volonté farouche d’être utile à ses compatriotes et de poursuivre la lutte contre l’ennemi. Fondateur avec Marcel Paul de la FNDIRP et de l’Association Buchenwald-Dora et Kommandos, il a symbolisé, avec lui, l’union de la Résistance et de la Déportation.

Extrait de BUCHENWALD PAR SES TEMOINS, Histoire et dictionnaire du camp de concentration de Buchenwald-Dora et de ses kommandos (1937-1945), éditions Belin, 2014

buchenwald

Auteurs : Dominique Orlowski (dir), membre de l’Association Buchenwald-Dora et Kommandos, Michelle Abraham, Hélène Houssemaine-Florent, Jeanne Ozbolt et Dominique Durand, filles et fils de déporté français ainsi que Franka Gunther, petite-fille de déporté allemand. Préface de Bertrand Herz, ancien déporté, président du Comité International Buchenwald-Dora et Kommandos.

COMMANDEZ L’OUVRAGE

SITE DES ÉDITIONS BELIN