Georges Mandel, Louis-Georges Rothschild, dit (1886-1944)

Georges_Mandel_1919Arrive à Buchenwald le 7 mai 1943, pas de matricule.
Né à Chatou dans une famille juive d’origine modeste, journaliste a 21 ans, Louis-Georges Rothschild collabore avec Georges Clemenceau à L’Aurore, puis le suit au gouvernement et devient son chef de cabinet. Il est élu député de Gironde et nommé plusieurs fois ministre. après la chute du Front populaire, ministre des Colonies dans le gouvernement Daladier, il se prononce pour une alliance avec l’Union soviétique pour faire face à la menace de l’Allemagne nazie, puis s’oppose, en 1938, aux accords de Munich. après la chute du gouvernement de Daladier en 1940, Mandel devient ministre de l’Intérieur du gouvernement de Paul Reynaud dont Pétain est nommé vice-président du Conseil. Il refuse la capitulation et fait partie du groupe parlementaire qui s’embarque à Bordeaux pour le Maroc à bord du Massilia. Il est arrêté sur les ordres du nouveau gouvernement, rapatrié en France, condamné à la prison à vie par la cour de Riom et emprisonné au fort du Portalet avec Paul Reynaud, Édouard Daladier et le général Gamelin. Peu après l’occupation de la zone libre, en novembre 1942, les prisonniers sont remis aux nazis, qui les transfèrent au camp d’Oranienburg-Sachsenhausen, près de Berlin. Georges Mandel est incarcéré à Buchenwald en 1943, dans la maison du fauconnier, réservée aux personnalités, où se trouve déjà Léon Blum. Livré par les Allemands à la Milice et rapatrié en France, il est assassiné le 7 juillet 1944 dans la foret de Fontainebleau par un milicien.

Extrait de BUCHENWALD PAR SES TEMOINS, Histoire et dictionnaire du camp de concentration de Buchenwald-Dora et de ses kommandos (1937-1945), éditions Belin, 2014

buchenwald

Auteurs : Dominique Orlowski (dir), membre de l’Association Buchenwald-Dora et Kommandos, Michelle Abraham, Hélène Houssemaine-Florent, Jeanne Ozbolt et Dominique Durand, filles et fils de déporté français ainsi que Franka Gunther, petite-fille de déporté allemand. Préface de Bertrand Herz, ancien déporté, président du Comité International Buchenwald-Dora et Kommandos.

COMMANDEZ L’OUVRAGE

SITE DES ÉDITIONS BELIN