Louis Gravouil KLB 51807 (1921-2022)

Né le 25 mai 1921 à Saint-Nazaire en Loire -Atlantique, il est tourneur aux chantiers navals. En 1941, il est nommé, chef de groupe, au Front National1, il distribue des tracts et des journaux clandestins. En 1942, son mouvement se structure en Organisation Spéciale, préparation aux Francs-Tireurs et Partisans, il devient responsable de section. Il est arrêté le 3 août 1942 à Saint-Nazaire sur son lieu de travail par la SPAC « Service de Police Anti-Communiste » et la Gestapo.
Il est interné dans différentes prisons, Saint-Nazaire, Nantes, Angers, Vitré, Laval jusqu’au 19 mars 1943, Poissy, Melun, Chalons-sur-Marne. Il est remis à la police allemande le 24 avril 1944 et transféré à Compiègne le 12 mai. Déporté le jour même, il arrive à Buchenwald le 14 mai, où il devient le matricule 51807. Il effectue sa période de quarantaine au Zeltlager, le camp des tentes du Petit camp. Le 11 juin, il est transféré, au Kommando de Schönebeck qui est chargé de la fabrication de pièces d’avions Junkers. Accusé de sabotage, il est envoyé, à titre de punition, le 24 octobre, au Kommando de Rottleberode, où la chaîne « Kugeipfanne » dédiée à la fabrication de trains d’atterrissage, initialement installée à Schönebeck, a été reconstituée, dans un vaste ensemble d’usines souterraines. Le Kommando est évacué le 4 avril 1945 lors d’une marche de la mort en direction du camp de Sachsenhausen, qu’il atteint le 16 avril. Nouvelle évacuation, à l’issue de laquelle, il sera libéré le 8 mai par les troupes russes à vingt-cinq kilomètres de Wittstock (Land de Brandebourg).
Il regagne la France le 22 mai 1945. Il a relaté son parcours concentrationnaire dans le livre Déporté mais pas vaincu, éditions Liv’Editions, 2010, ISBN 978-2-84497-182-1. Louis Gravouil était Chevalier de la Légion d’honneur.

1 Front national de Lutte pour la Libération et l’indépendance de la France

Paru dans Le Serment N°384