Louis Marco Markovitch (1908-1994)

Musicien, chef d’orchestre du Lido de Paris, il est arrêté le 07 Avril 1942 à Paris, par la Gestapo, pour son appartenance aux Francs-tireurs et partisans français. Il est emprisonné à la Santé et en août, choisi comme otage pour être fusillé au Mont-Valérien. Il échappe miraculeusement à l’exécution. Il est transféré fin 1942 au camp de Rouillé dans la Vienne. Au début du mois de mai 1944, avec 5 camarades, il est interné à l’Hôtel-Dieu de Poitiers, qui dépend de Rouillé, d’où il s’évade. Il rejoint le secteur Lusignan-Saint-Sauvant. En liaison avec l’Etat-Major de la Résistance basé à Poitiers, il participe à la libération du camp de Rouillé. Mais le 27 juin 1944, la Gestapo de Poitiers décide de liquider le maquis de Saint-Sauvant et massacre 31 résistants. Torturé à la prison de la Pierre-Levée de Poitiers, il est ensuite transféré à Compiègne.

Il arrive à Buchenwald le 22 août 1944 par le convoi parti de Compiègne le 17 août 1944. Après le Petit-Camp, il est affecté au Block 40. Il joue dans l’orchestre clandestin de jazz, « Rhythm-Boys » du Tchèque Jiri Zak, véritable orchestre de 14 personnes où il tient la clarinette et le saxophone. On y joue en sourdine Duke Ellington, Cole Porter, Glenn Miller, Louis Armstrong, etc…

Il rejoint la Brigade Française d’Action Libératrice, où il est chef de la compagnie de choc du 3e Bataillon. Il participe à la libération de Buchenwald.

Après son retour de déportation, il est nommé directeur du Centre de rapatriement du 18e arrondissement, l’Hôtel Daniel, 18 rue Caulaincourt, puis directeur administratif du Centre de post-cure de Fleury Mérogis. Quelques mois plus tard, il reprend sa profession de musicien.

il reste très actif dans les associations de mémoire et devient vice-président de l’Union Française des Anciens Combattants de Cannes, président de Cannes et co-président départemental de l’Association Républicaine des Anciens Combattants, président fondateur de l’Amicale du Camp de Rouillé, vice-président de la Fédération Nationale des Déportés, Internés, Résistants et Patriotes de Cannes, membre du Comité d’Honneur départemental de l’Association des Anciens Combattants de la Résistance (ANACR) et membre du bureau de la Légion d’honneur de Cannes.

Il est décédé le 14 décembre 1994.