Pierre Sudreau (1919-2012)

Pierre Sudreau

Arrive à Buchenwald le 14 mai 1944, matricule 52301.
Pierre Sudreau est né dans une famille d’industriels de la région parisienne. Officier de l’armée de l’air affecté à la base de Toulouse-Blagnac, il commence à dissimuler des armes des la fin 1940. Il rejoint la Résistance et intègre en juin 1942 le groupe Froment – devenu le réseau Brutus –, sous le pseudonyme de « Sillans ». Le réseau Brutus est l’un des plus importants et plus anciens réseaux de renseignements et d’action de la France libre. Occupant à Paris un emploi au ministère de l’Intérieur, Pierre Sudreau a accès à des dossiers qu’il transmet à Londres. En 1943, il devient le chef du réseau Brutus en zone Nord et prépare, entre autres, un plan de sabotage de voies ferrées. Il est arrêté à la suite de la trahison d’un agent double (membre de l’Abwehr, le service de renseignements allemand) le 10 novembre 1943. Torturé et mis au secret pendant six mois à la prison de Fresnes, puis transféré à Compiègne, il est ensuite déporté à Buchenwald par le convoi I.211 du 12 mai 1944. Il connaît Stéphane Hessel et, indifférent aux clivages politiques, il devient l’ami des résistants Marcel Paul, Pierre Durand et Guy Ducoloné. Il fait partie des membres de la Brigade française d’action libératrice. A son retour de déportation, il est nommé sous préfet, à 26 ans, puis ministre du général de Gaulle, député centriste, président de Région et maire de Blois. Il est aussi le fondateur et président de la Fondation de la Résistance. Président de la Fédération des industries ferroviaires pendant trente ans, il est à l’origine du lancement du TGV. Il meurt à Paris le 22 janvier 2012.

Extrait de BUCHENWALD PAR SES TEMOINS, Histoire et dictionnaire du camp de concentration de Buchenwald-Dora et de ses kommandos (1937-1945), éditions Belin, 2014

buchenwald

Auteurs : Dominique Orlowski (dir), membre de l’Association Buchenwald-Dora et Kommandos, Michelle Abraham, Hélène Houssemaine-Florent, Jeanne Ozbolt et Dominique Durand, filles et fils de déporté français ainsi que Franka Gunther, petite-fille de déporté allemand. Préface de Bertrand Herz, ancien déporté, président du Comité International Buchenwald-Dora et Kommandos.

COMMANDEZ L’OUVRAGE

SITE DES ÉDITIONS BELIN