Vincent Fernand (1925-2020) KLB 51556

Né le 25 janvier 1925 à Charchila dans le Jura, tourneur sur bois, il vit avec ses parents. Il est arrêté le 15 avril 1944 avec son frère ainé Simon alors qu’ils tentaient d’échapper à une rafle effectuée à Charchila, lors d’une opération militaire contre le Maquis. Il est enfermé avec 6 autres hommes de sa commune dans l’école des filles à Clairvaux-les-Lacs, puis à la prison de Montluc à Lyon. Le 26 avril, il est transféré à Compiègne où il devient le matricule 33344. Le 12 mai, il est déporté avec son frère direction Buchenwald qu’ils atteignent le 14. Il reçoit le matricule 51556, son frère le 51553. Il effectue sa quarantaine au camp des tentes au Petit camp. Le 6 juin 1944, il est transféré au Kommando de Wieda, siège de la SS Baubrigade 3, qui regroupe également les Kommandos Mackenrode, Nüxei et Osterhagen, et dont l’activité est la construction d’une voie ferrée. Le 30 juillet 1944, il est envoyé à Dora où il est affecté à un Kommando chargé de l’entretien du camp. Le 10 novembre 1944, il est transféré au Kommando d’Harzungen, chargé du creusement d’un tunnel. Début mars 1945, il est envoyé au Kommando d’Ellrich-gare, puis son état de santé s’étant très détérioré, il est dirigé le 2 avril 1945 vers la Boelcke Kaserne à Nordhausen. Il profite du bombardement de Nordhausen du 3 avril pour s’évader de ce mouroir. Il est repris le 5 avril vers le village de Rosland, à la suite d’une dénonciation de la population. Parqué avec une vingtaine de camarades dans une grange, il arrive à nouveau à s’échapper le 7 avril et se cache dans la campagne environnante jusqu’au 14 avril. Le 21 avril 1945, il rejoint l’aérodrome de Nordhausen mis en place pour les rapatriements par l’armée américaine. Il arrive le 22 avril à l’aéroport du Bourget en région parisienne. Il retrouve ses parents le 23 avril, sans son frère Simon, décédé le 12 mars 1945 au Revier de Dora.

Paru dans Le Serment N°378