Pierre Durand (1923-2002)

Pierre Durand par Boris Taslisky
Pierre Durand par Boris Taslisky

Arrive à Buchenwald le 14 mai 1944, matricule 49749.
Né à Mulhouse, Pierre Durand est un élève brillant et, après son bac, il intègre la classe de khâgne du lycée Henri-IV à Paris. Menacé du service du travail obligatoire (STO), il retrouve sa mère en Haute-Saône et forme avec quelques voisins un petit groupe de Francs-Tireurs et Partisans (FTP). Il rencontre « Albert », futur Colonel Fabien, et entame une vie de résistant. Au départ de Fabien, il devient le responsable interrégional des FTP. Arrêté le 10 janvier 1944 à Besançon, il résiste à la torture et aux menaces de mort et, après plusieurs mois de détention, il est conduit à Compiègne, puis à Buchenwald par le convoi I.211 du 12 mai 1944. Marcel Paul, arrivé le même jour mais npar un autre convoi, le choisit comme interprète « afin d’assurer ses rapports avec les dirigeants allemands de la Résistance », et ce rôle nlui permet d’acquérir une excellente connaissance de tous les événements qui se déroulent à l’intérieur du camp. C’est Lucien Chapelain, matricule 20186, un « ancien » arrivé en septembre 1943, qui l’initie aux « mystères » du camp. Le 19 avril 1945, c’est lui qui, sur la Place d’appel, lit en français le « Serment » approuvé unanimement par les déportés du camp. Après la Libération, Pierre Durand devient responsable de l’hebdomadaire ncommuniste « Le Peuple comtois », où il rencontre Jacqueline, qui deviendra son épouse. A l’automne 1945, il est secrétaire de la fédération du Parti communiste du Haut-Rhin. Puis il rejoint la région parisienne car il vient de se voir proposer un poste de journaliste à L’Humanité, où, au bout de quelques mois, il est nommé rédacteur en nchef adjoint.
En 1987, il est témoin lors du procès Barbie « pour tenir le Serment fait la-bas par les rescapés de ne jamais cesser le combat pour que soient anéantis le fascisme et le nazisme, et de consacrer notre vie à lutter pour un monde de bonheur et de paix ». En 1998, il témoigne au procès Papon, où il explique notamment que les hauts fonctionnaires pouvaient opter pour un autre choix que celui fait par l’accusé. En 1982, il succède à Marcel Paul à la présidence du Comité international Buchenwald-Dora et Kommandos. Sous sa présidence, l’autorité de ce comité a été reconnue par les anciens détenus de tous les pays ainsi que par les autorités allemandes et européennes.

Extrait de BUCHENWALD PAR SES TEMOINS, Histoire et dictionnaire du camp de concentration de Buchenwald-Dora et de ses kommandos (1937-1945), éditions Belin, 2014

buchenwald

Auteurs : Dominique Orlowski (dir), membre de l’Association Buchenwald-Dora et Kommandos, Michelle Abraham, Hélène Houssemaine-Florent, Jeanne Ozbolt et Dominique Durand, filles et fils de déporté français ainsi que Franka Gunther, petite-fille de déporté allemand. Préface de Bertrand Herz, ancien déporté, président du Comité International Buchenwald-Dora et Kommandos.

COMMANDEZ L’OUVRAGE

SITE DES ÉDITIONS BELIN

TÉMOIGNAGE DE PIERRE DURAND – 1

TÉMOIGNAGE DE PIERRE DURAND – 2