SOIRÉE-DÉBAT AU THÉÂTRE SIMONE SIGNORET

En mémoire à Samuel Paty et dans le cadre du cycle « La laïcité : une exception française ? » organisé par la médiathèque Blaise-Cendrars de Conflans-Sainte-Honorine, Cartooning for Peace, la mairie de Conflans-Sainte-Honorine, la médiathèque Blaise-Cendrars et le théâtre Simone Signoret organisent le 19 novembre prochain à 20h une soirée-débat ouverte au public, intitulée « Enseigner et dessiner en toute liberté ».

SOIRÉE-DÉBAT AU THÉÂTRE SIMONE SIGNORET

Animée par Vladimir Vasak, grand reporter à Arte, la rencontre réunit les dessinateurs de presse Kak (président de Cartooning for Peace), Mykaïa (France) et Nime (Algérie) ainsi que des représentants du corps enseignant

https://www.cartooningforpeace.org/evenements/soiree-debat-enseigner-et-dessiner-en-toute-liberte/

 

Bertrand HERZ (1930-2021)

 Nous venons d’apprendre le décès de notre ami et vice-président de l’Association Française Buchenwald, Dora et Kommandos Bertrand Herz ce jour, 20 mai 2021.

Photo © Andreas Domma

Bertrand Herz est né à Paris le 24 avril 1930, d’une famille lorraine de confession juive. En septembre 1942 sa famille se réfugie en zone non–occupée, à Toulouse.

Après le débarquement allié en Afrique du Nord et l’occupation de la zone Sud par les troupes allemandes, la famille Herz est arrêtée le 5 juillet 1944 par la Gestapo. Le père, la mère, Bertrand et sa sœur ainée sont internés à la caserne Caffarelli de Toulouse. Seul son frère a échappé à l’arrestation.

Le 30 juillet 1944 toute la famille est déportée en direction de Buchenwald pour les hommes et de Ravensbrück pour les femmes. Le trajet dure six jours pour les premiers, sept pour les secondes. Le 6 août 1944, Bertrand Herz est enregistré à Buchenwald sous le matricule 69592. Il reste avec son père au Block 61 du Petit camp jusqu’au 14 décembre. Ils sont alors envoyés au Kommando de Niederorschel où ils travaillent dans les usines Junkers au montage d’ailes d’avions.

Le père de Bertrand, Willy Herz, KLB 69591, y décède le 27 janvier 1945. Les déportés du Kommando de Niederorschel sont évacués le 1er avril vers Buchenwald, qu’ils atteignent le 10 avril, veille de la libération de ce camp.

Fin avril, Bertrand Herz est de retour à Paris où il retrouve sa sœur et son frère aîné. Sa mère, Louise Herz, n’a pas survécu à la déportation et décède à Ravensbrück le 29 décembre 1944.

Bertrand Herz reprend ses études. Il est diplômé de l’Ecole Polytechnique en 1953.

De 1953 à 1960, il travaille au Commissariat de la Marine Nationale dont il sera commandant de Réserve. Spécialiste de l’informatique depuis 1958, il intègre le groupe Thomson où il effectue toute sa carrière. De 1985 à 1994, il est Professeur associé à l’Institut Technologique de l’Université Paris-V, où il enseigne la conception des systèmes informatiques. Il publie deux ouvrages sur ce domaine.

Bertrand Herz rejoint les rangs de l’Association Française Buchenwald Dora et Kommandos en 1994. Il en est le Secrétaire général de 1997 à 2000 puis, l’un des Vice-présidents depuis 2000.

En 2002, il succède à Pierre Durand à la Présidence du Comité International Buchenwald Dora, fonction qu’il exerce jusqu’en 2016. Il devient alors Président d’Honneur du Comité International.

Bertrand Herz est nommé chevalier de l’ordre national du Mérite en septembre 2006 et chevalier de l’ordre national de la Légion d’honneur en avril 2011. La ville de Weimar lui décerne en octobre 2009, le titre de citoyen d’honneur et il reçoit l’ordre du Mérite du Land de Thuringe, en avril 2010.

Bertrand Herz publie ses mémoires Le pull-over de Buchenwald en 2015 aux Éditions Tallandier. Elles connaissent un large succès et sont aujourd’hui éditées en poche dans la collection Texto chez Tallandier. En 2016, l’ouvrage parait en allemand sous le titre Der Tod war überall.

Nous adressons, à ses enfants Olivier, Florence et Véronique, à toute sa famille et à ses proches, nos plus sincères condoléances.