Le Serment N°373 – juin, juillet, août 2019

Le Serment N°373 – juin, juillet, août 2019

SOMMAIRE

L’Appel de Mauthausen p.2
Éditorial p.3
Actualités p.4
– La mémoire des camps nazis, fondation d’un nouvel l’humanisme
– Triangles rouges à Buchenwald
– Séance David Rousset
– La Ferté-Milon
– Stéphane Hessel prend place
– Un sapeur-pompier à l’honneur
– Journée nationale du souvenir des victimes de la Déportation
– En mission à Buchenwald
– Droite polonaise et révisionnisme – Les poussées nationalistes
en Europe
– Les commémorations de la libération de Buchenwald
et ses Kommandos p.10
– À Paris
– À Buchenwald
– À Langenstein
– À Dora
Témoignages p.13
Nous y étions p.14
Voyage-Mémoire 2019 p.15
Dons p.18
Dans nos familles p.20
Lectures p.23

Le théâtre Les Déchargeurs présente « Ravensbrück 1943 » (Offre partenaire)

Offre partenaire – Le théâtre les Déchargeurs / Du 3 au 14 décembre (à 19h)

Le théâtre Les Déchargeurs présente Ravensbrück 1943, de Patrick Antoine, interprété par Grégory Antoine, Maï David et Inga Koller.

De 1939 à 1945, 132 000 femmes sont détenues dans le camp de Ravensbrück, à 80km de Berlin. Elles sont Polonaises, Juives, Françaises et Tziganes et font l’objet de sévices permanents. Battues, astreintes à un travail harassant, peu d’entre elles survivront et 90 000 furent assassinées. Pourtant dans cet enfer, deux femmes, différentes en tout ce qu’on peut être, se sont rapprochées dans l’impensable. Entre elles, rien ne s’est produit que l’on puisse décrire. Au milieu du désespoir, une métamorphose ou l’instant de survie les pousseront pourtant l’une vers l’autre.
Places à 12 euros disponibles avec le code promotionnel AFBDK (en majuscules) sur le site : http://www.lesdechargeurs.fr/spectacle/ravensbruck-1943

Informations au 01 40 05 06 96

DÉCLARATION DU COMITÉ INTERNATIONAL BUCHENWALD DORA CONCERNANT LA RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN DU 19 SEPTEMBRE 2019

DÉCLARATION DU CIBD CONCERNANT LA RÉSOLUTION DU PARLEMENT EUROPÉEN DU 19 SEPTEMBRE 2019 SUR L’IMPORTANCE DE LA MÉMOIRE EUROPÉENNE POUR L’AVENIR DE L’EUROPE

Le Comité international Buchenwald Dora et Kommandos (CIBD) exprime sa vive inquiétude sur la Résolution du Parlement européen du 19.9.2019 concernant l‘importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe.

Le CIBD considère que le texte de cette première résolution du Parlement européen nouvellement élu sur le rôle de la mémoire historique pour l’éducation de la jeunesse et la construction d’une Europe libre et démocratique, est une insulte intolérable aux victimes du fascisme et du nazisme de même qu’aux constructeurs d’une Europe apaisée, démocratique et libre.

La Résolution susnommée se préoccupe à juste titre dans la dernière partie de son texte de la montée des haines identitaires en Europe. Elle demande l’interdiction des groupes néofascistes et néonazis (point 20) Elle souligne par ailleurs qu’il « convient de continuer de puiser dans le passé tragique de l’Europe l’inspiration morale et politique nécessaire pour relever les défis du monde contemporain, et en particulier pour lutter pour un monde plus juste, bâtir des sociétés et communautés tolérantes et ouvertes qui accueillent les minorités sexuelles, religieuses et ethniques, et s’assurer que les valeurs européennes bénéficient à tous » (point 21). Cependant, cette résolution reste le fruit de compromis malsains, et développe des arguments fallacieux et inacceptables, qui maltraitent la vérité historique.

C’est pourquoi le CIBD exige retrait immédiat de la Résolution P9_TA-PROV(2019)0021.

Le CIBD s’appuie sur l’argumentaire suivant dans sa présente déclaration :

  1. Le CIBD déplore que la Résolution présente du Parlement européen sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe, ne fasse nulle part état dans son texte de la Résolution décisive du Parlement européen du 11 février 1993 sur « La protection et la préservation des sites de mémoire des anciens camps de concentration ».
  2. Le CIBD rappelle qu’on ne peut en aucun cas mettre sur un même plan et définir sous le vocable général de « totalitarisme » tel qu’il a été appliqué dès les années 30 au régime de Mussolini, le nazisme d’Hitler et le communisme de Staline. Certains parlementaires oublient que leurs pays, situés dans l’orbite nazie ont développé leur propre forme de totalitarismes durant ces années : la Finlande, l’Espagne, le Portugal, la Hongrie, la Pologne …

Le CIBD exige qu’une résolution du Parlement européen sur la prise de conscience du passé ne passe pas sous silence les spécificités du nazisme ; le racisme, l’antisémitisme, le génocides des Juifs et des Sinti et Roms, les crimes contre les malades mentaux et physiques sont le socle de ce que fut la politique nazie, parallèlement aux massacres qui furent perpétrés de façon planifiée et systématique contre les populations slaves, ainsi que la mise en esclavage de millions d’hommes, de femmes et d’enfants contraints aux travaux de force en Allemagne et dans les pays occupés par le IIIème Reich. C’est cette idéologie criminelle qui fut combattue               par l’ensemble des Nations qui se réunirent dans l’Organisation des Nations Unies en 1945.

  1. Le CIBD, contrairement au texte de la Résolution du Parlement européen du 19.9 2019 (point 2), s’élève contre l’affirmation que le Pacte germano-soviétique (connu sous le nom de Molotov-Ribbentrop) est l’origine de la Deuxième Guerre mondiale. C’est négliger dans ce texte d’autres causes telles que : le Traité de Versailles, la crise économique de 1929, la réoccupation de la Sarre (1935), le pacte Anti-Komintern, (novembre 1936), l’axe Rome-Berlin (novembre 1936), l’annexion consentie de l’Autriche (mars 1938), les accords de Munich (septembre 1938) : n’oublions pas les mots célèbres de Winston Churchill au Premier ministre britannique Chamberlain: « Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur, vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre».

La résolution passe également sous silence l’occupation par les nazis de la région des Sudètes (octobre 1938), l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes allemandes (mars 1939).

  1. Le CIBD regrette une vision limitée dans la Résolution de ce que fut la souffrance infligée à la Russie, décrite comme « la plus grande victime du totalitarisme communiste » (point 15). C’est oublier les souffrances et les pertes infligées à l’Union soviétique par l’agression nazie à l’ouest, et par les forces japonaises à l’Est du territoire.
  2. Le CIBD condamne que la résolution passe sous silence absolu le génocide et la souffrance du peuple des Sinti et Rom, de même qu’elle ignore les persécutions engendrées contre les homosexuels. Sont également laissés dans l’ignorance complète les persécutions politiques, l’internement et la déportation de millions d’êtres humains en Europe ainsi que l’exploitation sauvage dont ils furent victimes dans les usines de guerre nazies.

EN 2020, un musée sera inauguré à Weimar sur le thème du Travail forcé sous le national-socialisme, portant le destin tragique des internés et déportés du régime nazi à la connaissance élargie du public.

  1. Le CIBD rappelle -et constate qu’il n’en est nulle part question dans ce texte- que de nombreux communistes allemands furent les premières victimes des camps de concentration nazis dès leurs ouvertures. Leur souvenir ne peut tomber dans l’oubli.

 

Les anciens déportés du camp de Buchenwald et de ses camps extérieurs ont vécu dans leur cœur et dans leur chair ces évènements sans précédents, qui sont les spécificités de l’idéologie nazie.

Pour ces raisons,

Au nom des survivants des camps issus de toutes les nations, et des victimes de Buchenwald et de ses 139 kommandos,

Au nom de toutes les victimes de la barbarie nazie,

Le CIBD juge que ce texte est une insulte inacceptable à la mémoire de ces victimes et à ceux qui ont combattu pour une Europe humaniste et rejette catégoriquement la résolution du Parlement européen du 19.9.2019 sur l’importance de la mémoire européenne pour l’avenir de l’Europe ».

Si la construction d’une prise de conscience européenne du passé pour l’avenir de l’Europe doit « reposer » sur la dénonciation de toutes les atteintes aux droits de l’homme, aux violations des libertés, le CIBD déclare que celle-ci doit se faire dans le respect de la vérité historique, sans comparaison forcée ni amalgame politique.

Le Comité International Buchenwald Dora et Kommandos

Le 8.10.2019

SUJET CNRD 2020 : 1940. Entrer en résistance. Comprendre, refuser, résister

La brochure pédagogique du CNRD est coordonnée cette année par la Fondation de la Résistance. Elle est conçue par un comité de rédaction, dirigé par M. l’Inspecteur général Tristan Lecoq, qui rassemble de nombreux partenaires (fondations, centres d’archives, musées, etc.). La brochure imprimée sera envoyée dans les établissements scolaires début octobre 2019. La brochure numérique au contenu augmenté sera consultable dans le courant du mois d’octobre, tout comme une exposition virtuelle sur le Musée de la Résistance en ligne.

POUR EN SAVOIR DAVANTAGE, VOUS POUVEZ CONSULTER NOTRE PAGE SPÉCIALE CONSACRÉE AU CONCOURS 2020

PROGRAMME EXCEPTIONNEL DU VOYAGE DE MÉMOIRE ET D’ÉTUDE 2020

PROGRAMME EXCEPTIONNEL
DU VOYAGE DE MÉMOIRE ET D’ÉTUDE 2020

À L’OCCASION DU 75e ANNIVERSAIRE DE LA LIBÉRATION DES CAMPS DE BUCHENWALD,
DORA ET DE LEURS KOMMANDOS

DU VENDREDI 10 AU MERCREDI 15 AVRIL 2020

PROGRAMME

VENDREDI 10 AVRIL
VOYAGE ALLER

SAMEDI 11 AVRIL
VISITE DU CAMP DE BUCHENWALD (TOUTE LA JOURNÉE)
Visites du Camp de Buchenwald, de son Musée et participation aux cérémonies du 75ème anniversaire de la libération du Camp sur la place d’appel à 15h15

DIMANCHE 12 AVRIL
VISITES DES CAMPS DE DORA ET D’ELLRICH
Le matin : visites du Camp de Dora, du Musée et du Tunnel
L’après-midi : visite du Kommando d’Ellrich

LUNDI 13 ET MARDI 14 AVRIL
(DEUX PROGRAMMES POSSIBLES À CHOISIR LORS DE L’INSCRIPTION)

PROGRAMME A (NORD)

LUNDI 13 AVRIL 2019
Visite du Kommando de Langenstein-Zwieberge en présence de Nicolas Bertrand, directeur du Mémorial de Langenstein

MARDI 14 AVRIL 2019
Visite du site de Gardelegen et du mémorial du massacre de la grange de Gardelegen et du nouveau musée

PROGRAMME B (SUD)

LUNDI 13 AVRIL 2019
Visite du Kommando de Laura (site, carrière et exposition)

MARDI 14 AVRIL 2019
Visite du site du camp de concentration de Flossenbürg, en Bavière (site, carrière, musée)

MERCREDI 15 AVRIL
VOYAGE RETOUR

***

Le tarif comprend tous les transports en autocar grand confort de Paris à Paris, l’hébergement, la restauration, l’ensemble des visites par nos accompagnateurs ou par des guides francophones sur place, l’assistance rapatriement.

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME ET LE BULLETIN D’INSCRIPTION

74e anniversaire de la libération des camps de Buchenwald et de Dora

74e anniversaire de la libération des camps de Buchenwald et de Dora

Le Jeudi 11 Avril 2019

Discours et fleurissement du monument de l’Association française
Buchenwald-Dora et Kommandos – Père Lachaise à 15H30

Rendez-vous à 15h15 devant l’entrée de la rue des Rondeaux – côté Place Gambetta

————————

Ravivage de la Flamme – Arc de Triomphe à 18H30

En présence de la Musique des Gardiens de la Paix de la Préfecture de Police de Paris

Rendez-vous à 17H30 sur les Champs-Elysées
(en haut de l’avenue des Champs-Elysées côté avenue Friedland devant l’escalier d’accès au musoir)

L’immense majorité de nos déportés est aujourd’hui disparu. Nous devons honorer leur mémoire.

Chacun de nous en mesure de se déplacer, doit venir participer à ces cérémonies importantes pour honorer et défendre la mémoire de Buchenwald.

SÉANCE EXCEPTIONNELLE « DAVID ROUSSET »

À l’Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris,
sous l’égide de la Maire de Paris,
le 9 avril 2019 à 14h

Pour l’anniversaire de la Libération de Buchenwald, en partenariat avec l’association CINE HISTOIRE, l’Association Buchenwald, Dora et Kommandos organise une séance dédiée à David Rousset, déporté à Buchenwald (KLB 43999) puis Neuengamme.

David Rousset, journaliste, écrivain, dirigeant du mouvement trotskiste avant-guerre, est l’auteur d’une des premières descriptions de la société concentrationnaire parue en 1946 sous le titre L’univers concentrationnaire, Prix Renaudot 1946. Puis, l’année suivante, il publie un roman de 800 pages : Les Jours de notre mort. Il n’aura de cesse par la suite, jusqu’à son décès en 1997, de dénoncer tous les systèmes concentrationnaires dans le monde, de l’URSS à la Chine, mais aussi, dès la fin des années 1940, de Grèce, d’Espagne et de Yougoslavie, sans oublier son voyage en Algérie avec Germaine Tillion dans le cadre de la Commission internationale contre le régime concentrationnaire (CICRC), qu’il avait créée avec l’appel aux déportés de 1949.
Ces rapprochements, dans le contexte de la guerre froide, lui valurent de nombreuses critiques de ses camarades déportés français et sont à l’origine d’un schisme dans le mouvement déporté.

Entrée libre, mais inscription obligatoire dans les limites des places disponibles : contact@buchenwald-dora.fr

ou par courrier à : Association Française Buchenwald, Dora et Kommandos, 3 rue de Vincennes 93100 Montreuil

TÉLÉCHARGER LE BULLETIN D’INSCRIPTION

Programme

14hAccueil et présentation de la séance

Nicole Dorra, présidente de Ciné-Histoire, et Olivier Lalieu, président de l’Association française Buchenwald, Dora et Kommandos. En présence de Luc et Pierre Rousset, fils de David Rousset

14h30David Rousset, le militant le résistant le déporté

Par Grégory Cingal, écrivain, auteur de David Rousset. Fraternité de nos ruines. Ecrits sur la violence concentrationnaire, 1945-1970 (Fayard, 2016)

14h50 – Projection de Mémoires du 20ème siècle

Documentaire de D. Rabourdin, 52 min, 1993. Fondé sur un entretien avec David Rousset de 1988.

15h45 – L’appel aux déportés de novembre 1949 et la création de la CICRC

Par Joël Kotek, Politologue et historien, auteur de Le siècle des camps : détention, concentration, extermination : cent ans de mal radical, avec Pierre Rigoulot (JC Lattès, 2000)

16h05 – Le schisme chez les déportés

Dialogue entre Jacques Moalic, déporté et ancien journaliste à l’AFP, et Dominique Durand, Président du CIBD.

16h35 – Débat avec la salle

17h15 – Conclusion

 

Mise en ligne du Serment N°371

Le Serment N°371 – Décembre 2018, Janvier, février 2019

 SOMMAIRE

SOMMAIRE
Raymond Touraud, KLB 21716 p.2
Éditorial p.3
Actualités p.4
– L’avenir du camp de Compiègne-Royallieu
– L’avenir de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation
– La coopération entre les associations de camps
– Des Brigades Internationales à Buchenwald
– 75e anniversaire de la rafle du 25 novembre 1943
– Les comités internationaux réunis à Berlin
– La résolution du parlement européen
– Dictionnaire biographique des déportés à Dora
– Intervention de Marie-Joëlle Guilbert
– Nous y étions
Voyage 2019 p.11
Assemblée générale p.12
– Rapport moral
– Rapport d’activité
– Conseil d’administration
Témoignage de Bertrand Herz à Villemomble p.16
Dons p.17
Bons de soutien 2018 p.17
Dans nos familles p.19
Lectures p.20